Notre film documentaire présenté à PAU, le 29 Mars 2020
7 mars 2020

Lettre ouverte à la Présidence de la République Française Monsieur E. Macron, au Premier Ministre Monsieur E. Philippe et au Ministre de la Santé Monsieur O. Véran

Fait à Paris, le 11 mars 2020

 

Bonjour Monsieur le Président, Monsieur le Premier Ministre et Monsieur le Ministre de la Santé,

Les maisons de retraites sont passées dans la phase bleue, aucune visite de l’extérieur autorisée (y compris professions libérales sauf kinésithérapeutes).

Pour le personnel, port des masques, prise de température au début et à la fin du service.

Bientôt la phase 3 de l’épidémie.

Toutes ces mesures de préventions sont bonnes, bien que jamais assez, car le risque « 0 » n’existe pas.

Par contre, le gouvernement a oublié les libéraux qui interviennent dans ces structures comme, entre autres, les art-thérapeutes ?

Sans CDI, sans CDD, la majorité des art-thérapeutes travaillent uniquement en libéraux : comment vont-ils faire pour se nourrir, je pense aux familles monoparentales, je pense à ceux qui vivent seuls, sans autre aide financière de nulle part.

L’ARS nous oublie, l’OMS vient tout juste de reconnaître l’importance de l’art-thérapie qui est une prise en charge non médicamenteuse auprès des patients. Voir ci-dessous, l’article de l’OMS :

http://www.euro.who.int/fr/media-centre/sections/press-releases/2019/can-you-dance-your-way-to-better-health-and-well-being-for-the-first-time,-who-studies-the-link-between-arts-and-health

Grâce à l’art-thérapie auprès des personnes du grand âge qui présentent la maladie d’Alzheimer, on continue à stimuler : la cognition, l’éveil des sens, les émotions, le corps…

On peut constater des transformations d’ordre comportemental auprès de nos aînés, par exemple : une baisse des troubles du comportement, une amélioration de l’humeur et de la qualité relationnelle, une augmentation de l’estime de soi et de la qualité de vie, un plaisir de vivre ravivé, du mieux-être.

Nous travaillons main dans la main avec les psychologues et bien sûr, nous échangeons avec tous les corps de métier impliqués dans la prise en charge de nos Aînés en Maisons de Retraites.

Ainsi, et quel que soit le niveau de dépendance, l’art-thérapie contribue à ce que la Vie continue le plus agréablement possible pour les patients.

Que faire pour les art-thérapeutes en ce moment de crise aigüe ?

On ne mourra peut-être pas à cause du coronavirus, mais on mourra de faim dans cette situation.

On n’a pas demandé à ne plus aller travailler, nous.

Nos confrères, les kinésithérapeutes continuent à être autorisés d’exercer en Maisons de Retraites (ils sont libéraux comme nous). L’art-thérapeute fait partie des paramédicaux.

Nous sommes contents pour nos confrères kinésithérapeutes et pour les patients pris en charge.

Nous voulons la même ou alors des mesures spécifiques en cas de force majeure prises par l’État, nous concernant.

Malheureusement, en ces moments de crise et de cas de force majeure, nous, libéraux du domaine de la santé publique, ne sommes pas à l’abri, aucun.

Nous pensons que de telles crises devraient remettre en question nos statuts en tant qu’art-thérapeutes, reconnaître l’importance de nos actions, revaloriser nos métiers et faire en sorte que ceci ne se reproduise plus.

Dans l’attente d’une réponse de votre part,

Bien cordialement à vous Tous, prenons soins de nos Aînés et de nous Tous,

Iléna Lescaut

art-thérapeute auprès de personnes du grand âge qui ont la maladie d’Alzheimer et autres pathologies associées et Réalisatrice de films documentaires

Comments are closed.