Qui est PARO ?
15 septembre 2018
Le bienfait des poupées sensorielles d’empathie et de tendresse
15 septembre 2018

ATELIER « Câlins Canin » avec MATISSE, le doux Golden Retriever

La présence d’un animal comme médiation va aider à mettre en mots des problèmes, des angoisses, des questionnements, dont le participant n’a pas toujours conscience. Ces ressentis inconscients s’expriment généralement par la violence, le passage à l’acte, le refus d’apprentissage ou encore le repli sur soi… Les séances vont aider le participant à prendre conscience de ses angoisses, ressentis.

Le chien facilite la verbalisation, soit parce que la personne projette sur le chien des sentiments qui lui sont propres (le thérapeute pourra alors mettre en mot ces ressentis et amener le participant à se les approprier), soit parce que le chien agit en miroir de la personne, ainsi, en observant l’attitude du chien, on peut émettre des hypothèses quant à l’état psychique de la personne (ex: le chien sera calme si la personne est détendue, ou au contraire excité si la personne est énervée.)

Cette prise de conscience de ses propre sentiments va permettre aux symptômes de s’atténuer, voire de disparaître.

La présence du chien va également faciliter la réalisation de mouvements difficiles à réaliser pour quelqu’un ayant des difficultés motrices, car ses mouvements seront réalisés pour le chien, sans y penser, grâce au jeu, à une promenade, des caresses, le brossage, des parcours “d’agility”…

Le travail de la motricité pourra être associé au travail des repères dans l’espace. Le participant devra faire réaliser au chien un parcours en le guidant (obstacles, slaloms…), ou devra envoyer des objets dans différentes directions imposées par le zoothérapeute. Il devra alors coordonner ses mouvements, mais aussi distinguer la gauche, la droite, l’avant, l’arrière, le dessus, le dessous…

Les séances de zoothérapie peuvent également permettre de responsabiliser le participant qui devient auteur de soins et de le valoriser. En passant du statut de soigné au statut de soignant, de passif il devient actif, se sent utile. L’animal apprécie les caresses, le temps que passe le participant à s’occuper de lui, et il lui rend par des marques d’affection.

Il permet au participant de reprendre confiance en lui, notamment lorsqu’il parvient à faire exécuter un ordre au chien, à le commander, se faire obéir et respecter de lui, ou lorsque le participant parvient sur plusieurs séances à apprendre un “tour” au chien, que lui seul lui a fait travailler.

La zoo-thérapie permettra aussi au participant d’apprendre à canaliser son énergie. En effet, s’il fait travailler le chien dans l’excitation, il ne parviendra pas à obtenir le moindre résultat. Il devra donc apprendre à calmer le chien, et pour cela, apprendre à se calmer lui-même. Il observera alors, aidé du zoothérapeute, la différence entre un travail dans le calme et un travail agité. Il pourra apprendre à reconnaitre lorsqu’il est prêt à se faire déborder par ses émotions, apprendra également à se contrôler lorsque l’énervement arrive, et réaliser que s’énerver ne permet pas de mieux réussir. Il devra lui-même trouver les solutions adaptées à la fois à son caractère et à celui du chien. Ces exercices sensibilisent à la juste distance à avoir avec l’autre (le chien ne tolère pas toujours une trop grande proximité), au respect de l’autre, et permet d’apprendre à se faire respecter et écouter dans le calme et surtout sans aucune forme de violence.

En effet, chaque chien est différent (tout comme chaque personne), et une même attitude ne convient pas forcement à chacun des chiens. Le participant apprendra donc à observer ce qui fonctionne le mieux ou le moins, et s’adapter à celui qu’il a en face de lui…

Le chien va également être un excellent médiateur pour faire travailler la mémoire, notamment pour les personnes âgées. Celles-ci vont tenter de se remémorer le nom du chien, la fréquence de ses visites et vont mettre en lien la présence du chien avec les souvenirs de chiens ayant joué un rôle dans leur vie. A partir de ces souvenirs on va pouvoir stimuler leur mémoire.

Le chien permet une meilleur socialisation, une mise en valeur dans ses activités, augmente les échanges positifs et donc le moral, favorise la communication, aide à sortir de l’isolement, et enfin permet de travailler la notion de respect de l’autre, le partage, la patience.

Dans tous les cas, la simple présence du chien va apporter un moment de joie, de bien être, et d’échanges. Cette présence agréable sera en elle-même bénéfique, que ce soit lors de séances à visée thérapeutique ou récréative.

 A bientôt chez VOUS !

UN DOUX MOMENT DE  CÂLINS  ET  DE  CARESSES

Comments are closed.