Archive pour mars 2008

Informations francophones

Mardi 18 mars 2008

2ème FESTIVAL INTERNATIONAL DE LA POESIE A PARIS

Le thème du prochain festival sera davantage culturel se centrera sur :

Parcours, identités, diversité des langues et des cultures

Il se déroulera tout septembre 2008 à Paris !

Nous sommes preneurs d’idées, de collaborations, alors venez à nos rencontres pour en parler !

Yvan Tetelbom (Paris/France)
Contact :
yvan.tetelbom@wanadoo.fr
http://monsite.wanadoo.fr/tetelbom/

 

SONGS D’UNE NUIT D’ÉTÉ

La Compagnie l’Eygurande au Théâtre du Coin, Place Victor Hugo, Evry / France

site web et e-mail de la compagnie :
http://www.eygurande.net/
compagnie@eygurande.net
Réservations 00/33/(0)1 69 10 95 45

Récital de Songs de Brecht pour une comédienne qui chante
Conception : Isabella Keiser- Jean-Louis Mercuzot
Mise en scène : Jean-Louis Mercuzot
Avec : Isabella Keiser
Jean-Louis Mercuzot
et
Jean Pellegeay au piano

Isabella Keiser sur scène

« Songs d’une nuit d’été » est un tour de chant constitué d’un choix de chansons puisés dans le répertoire bréchtien.

Une heure de spectacle intimiste où les textes de Brecht se frottent à la musique de Kurt Weill et de Hanns Eisler.

Un voyage qui vous embarque sans détours dans l’univers de Brecht. Un monde peuplé de femmes bafouées, de filles de joie et de truands. Un monde où se côtoient l’amour et la trahison, la vengeance et le sang, l’exploitation et les illusions perdues…

La gravité du propos bréchtien n’empêche ni l’humour ni l’esprit d’une joyeuse contestation.

Chez Brecht chaque chanson est une histoire à part entière. Ces « Songs » évoquent souvent sur le mode de la fable, une histoire, un personnage, un destin.

Malgré leur complexité musicale, c’est cette dimension d’interprétation qui a attiré depuis leur création un grand nombre de comédiennes vers ce répertoire ( Lotte Lenya, Gisela May, Hanna Schygulla…).

« Songs d’une nuit d’été » est une proposition épurée et dépouillée des chansons de Brecht. Il s’agit avant tout de faire entendre les paroles de Bertolt Brecht et de faire sonner la musique de Kurt Weill et de Hanns Eisler. Voix chantées et parlées accompagnées au piano.

Le chant nous interpelle vers l’ailleurs de la misère, du désir et de l’amour. C’est aussi un rappel à l’ordre ou plutôt au désordre quand la poésie nous invite à l’humanité.

L’interprète des chansons étant bilingue allemand-français, nous avons souhaité faire écouter au public francophone les chansons dans leur langue originelle-l’allemand- mais sans jamais le laisser dans l’incompréhension du texte. C’est ainsi que le spectacle se promène d’une langue à l’autre.

Brecht travaillait souvent en étroite collaboration avec ses compositeurs. Les mots claquent et cognent mais peuvent aussi se faire doux comme une caresse. La musique de Kurt Weill, surprenante, parfois dissonante, souvent imprévisible sert à merveille les mots de Brecht. Ou serait-ce l’inverse ? Weill, mise en parole par Brecht ?

Le moteur de la collaboration entre Brecht et Weill était notamment la tentative de renouveler la musique au théâtre.

En voulant élargir le public de l’opéra ils cherchaient à inventer de nouvelles formes de théâtre chanté.

« L’Opéra des quat’sous » et « Mahagonny » ont incontestablement révolutionné le théâtre musical. Leur propos reste universel, leur style inclassable ! Depuis 80 ans (première de l’Opéra de Quat’Sous le 31 août 1928 à Berlin) ni le fond ni la forme n’ont perdu de leur pertinence. Ce qui explique que jusqu’à nos jours de nombreux artistes de styles musicaux très différents ont été attirés par ce répertoire (Theresa Stratas, Cathy Berberian, Nina Simone, The Doors, David Bowie…).

L’exigence d’invention de Brecht et Weill résonne encore de nos jours comme une salutaire insolence.

Liste des chansons :

Die Moritate vom Mackie Messer/ La complainte de Mackie
(extrait de l’Opéra de Quat’ Sous) Weill/Brecht

Alabama Song
(extrait de Mahagonny) Weill/Brecht

Denn wie man sich bettet so liegt man/ Comme on fait son lit on se couche
(extrait de Mahagonny) Weill/Brecht

Das Lied von der harten Nuss/ Le grand citron
(extrait de Happy End) Weill/Brecht

Dans Lied von der Unzulänglichkeit des menschlichen Strebens/L’inanité de l’éffort humain
(extrait de l’Opéra de Quat’ Sous) Weill/Brecht

Das Lied vom Surabaya-Johnny
(extrait de Happy End) Weill/Brecht

Der Barbara-Song
(extrait de l’Opéra de Quat’ Sous) Weill/Brecht

Die Seeräuber-Jenny/ La fiancée du pirate
(extrait de l’Opéra de Quat’ Sous) Weill/Brecht

Der Bilbao-Song
(extrait de Happy End) Weill/Brecht

Youkali
Weill/Fernay

Nanna’s Lied
(extrait de Têtes rondes et têtes pointus) Eisler/Brecht

Das Lied vom kleinen Wind/ La chanson du petit vent
Eisler/Brecht

Das Lied von der Moldau
(extrait de Schweyk dans la Seconde Guerre Mondiale) Eisler/Brecht

La plume francophone

Lundi 17 mars 2008

Pantoum
(en mémoire de Cornéliu Barbulescu, savant folkloriste récemment disparu)

Le savant interroge et les arbres répondent
(si cum vin cu drum de fier
toate cântecele pier)
Les poètes aussi – Honneur à Ezra Pound !
*
L’homme moderne, droit et fier
De son vertex touche les astres
Plus rien n’est faste ni néfaste
Le toujours plus nous gagne – ou bien nous perd
*
Dès lors nous respirons le parfum du désastre
Partout, là où, naguère encore
La joie facile et sans effort
S’offrait également aux princes et aux pâtres…
*
La pénombre envahit la scène et le décor
Le chant fait place à la colère
La peur exige son salaire
L’esprit s’enchaîne et souffre avec les corps
*
Comment pourquoi si vite est survenu Brumaire ?
Ce quai des brumes, le Dix-huit…
La tyrannie s’installe et l’innocence a fui
L’aube est encor nocturne et le soleil amer !
*
L’Usure étend son règne et le Labeur la suit
Docile à son commandement.
De l’arbre entouré de ciment
Aphones les oiseaux se sont enfuis !
*
Arcadies…Bergers, troupeaux, naïfs amants !
En quel pays de collines lointain
(humide encor de rosée du matin)
Entendrons-nous votre secret, naïfs savants ?
*
Si au ciel déserté levant les yeux en vain
J’ai renoncé piéça l’espoir,
Je garde encor celui de voir
Sous les chênes bruissants la danse des sylvains !

Luc Barbulesco,
février 2008
(Enseignant / Chercheur Paris / France)

VIOLENCE INTOLERABLE

avions nous pris conscience des longues études extrêmes.. ?
mal passe aux revenants d’une tour
trépasse
avides en loques de cire
se moulent.

une éternelle biche
est prise en chasse,
la charge bat son plein de haine aveuglement.
par touches de vie vilaine.
accordons nous à dire,
sereine page d’une rêverie vaine,
bonheur bonté,
sagace peine
dans le siècle des siècle !
amen !

(7 mai 2001)
Draga SBIERA PALEOLOGUE(Paris, France)

A la terrasse du temps qui passe

Quelle est cette fille au loin
Qui court sur la plage de sable fin
Où vont ces jambes rêveuses et fines
Qui glissent sur le boulevard d’opaline
A la terrasse du temps qui passe
Je contemple la vie qui efface
Les rides et les sourires en surface
Je revoie tous ces jours d’impasse
Les mots de larmes cloués sur place
Au carrefour du temps inachevé
Je croise le regard d’une naufragée
Elle me regarde je l’intéresse
Dans un autre temps j’aurai tenté l’ivresse
Mais le temps passe et me dépasse
J’ai laissé mon cœur glissé au bal des années de grâce
Et je regarde le passé toujours présent qui m’enlace
A la terrasse du temps qui passe

Pierre Meige
Poète, Musicien/compositeur (Paris, France)

C’est vraiment beau la vie

Sur mon lit d’hôpital je n’avais pas le moral
Cette douleur à l’intérieur me faisait si mal
Quand je suis enfin sorti de ma mélancolie
Dehors le monde respirait l’harmonie
J’ai regardé le bleu du ciel et j’ai frémis
C’est vraiment beau la vie
Un papy sur son banc regarde jouer les enfants
La Game boy le portable ça n’existait pas de son temps
Il leur sourit et leur dit les mômes je vous le garanti
C’est vraiment beau la vie
Le monde se plaint souvent pour un oui pour un non
Il n’a plus le temps d’avoir des émotions
Quand d’autres ont tant de peine à vivre leur passion
Lui se morfond sous des soleils artificiels de la désinformation
A l’entrée du Paradis St Pierre attend le client indécis
Un poète en fin de carrière lui lance un défi
Je vous remercie c’est bien gentil de m’inviter au Paradis
Mais je ne veux pas rester ici c’est tellement mieux la vie

Pierre Meige
Poète, Musicien/compositeur
(Paris, France)

Solitude vivante
de Aurel Dragos Munteanu, écrivain, poète, diplomate roumain
(traduction du roumain par Ileana Munteanu)

O, seul, Seigneur, dans votre solitude,
Portant la douleur du monde dans votre oeil terni
C’est la lave éteinte d’un volcan muet,
La solitude vivante d’un mort en vie.

Le désert s’étendait et la mer s’abaissait,
Une lumière sans nom là-haut parut, profonde,
Votre peuple soumis se laisse crucifié
Sur la roue affligée du monde.

Si seul, Seigneur, dans votre solitude!
Au dessus – ciel rond qui nous protège,
Les torches se sont éteintes, le mot devient muet,
Les étoiles là-haut se rassemblent en cortège

Désert
de Aurel Dragos Munteanu, écrivain, poète, diplomate roumain
(traduction du roumain par Ileana Munteanu)

Un océan de terre est ma pensée
Calme,
L’eau vivante de la fontaine
S’amasse dans le calice des roses
Couleur du soleil
Et la vaste douleur qui erre dans le verger
Se meurt aux pieds d’un arbre fruitier.
Tout est comme il devrait être, il y a un but en tout,
On connaît le commencement et la fin
Et pourtant on s’égare…

Site web à la mémoire d’Aurel Dragos Munteanu : http://www.marileiubiri.org/

Le portrait d’un écrivain

Lundi 17 mars 2008

Jacques Mondoloni

Ecrivain, auteur dramatique français

mondoloni.jacques@wanadoo.fr

Après une carrière de cinéaste et de régisseur de spectacles (qui lui ont inspiré plus tard Tenue de Galère (Denoël), Jacques Mondoloni s’oriente vers la littérature au début des années 80. Il ne tarde pas à se faire reconnaître dès 1983 en décrochant le Grand prix de la Science-Fiction Française pour un recueil de nouvelles: Papa 1 er (Denoël). qui vient d’être réédité aux éditions Melis en 2005 — c’est dans ce recueil que se trouve « Le Cancer de l’Escargot », l’une des meilleures nouvelles de ces trente dernières années, selon la revue Galaxies, la référence dans le domaine de la

Science-Fiction.

Auteur d’une vingtaine de romans à ce jour, il a touché à tous les genres. Le roman noir : Le jeu du petit Poucet (Série Noire), Corsica Blues (Atalante)… Encore la Science-Fiction avec la série des Goulags Mous (Florent Massot)… La littérature générale: Fleur de Rage, Les Enfants de Freinet (Le Temps des Cerises), Richard Coeur de Lièvre (Atalante)…

On lui doit également deux pièces de théâtre: Boris, une adaptation librement inspirée de « En Avant la Zizique… » de Boris Vian, mise en scène par Yves Pignot, et montée au Théâtre de Boulogne Billancourt et à Louvain la Neuve, pour la saison 1990-91. La seconde pièce Voyages, lue en 1991 au théâtre Essaïon et à Avignon, rejoint les obsessions science fictionnelles de l’auteur par rapport au futur qui nous attend.

Mais Jacques Mondoloni s’intéresse aussi au passé, en particulier à la mémoire des villes : on lui doit deux ouvrages de commande consacrés au Petit- Nanterre, haut lieu d’immigration et de misère: Récits de Vie (2001) et Le Quartier d’où je viens. (2004)

Actualité littéraire : réédition des « Goulags Mous »

Les éditions MELIS rééditent « LES GOULAGS MOUS « , la saga du futur de Jacques Mondoloni, dans une version revue et condensée qui comporte deux parties : « La Brigade des Télépathes », et « Carthage en Amérique ». Publiés au Fleuve Noir dans les années 84/85, en guise de réponse au 1984 d’Orwell, Les « Goulags Mous » sont toujours d’actualité.

Dans un avenir indéterminé mais proche de nous, une immense fédération d’états est née, d’inspiration totalitaire. La paix, la sécurité règnent naturellement sur notre planète. Il faut être fou à lier, fou à tuer, pour songer au crime. Les télépathes qui veillent sur le Régime, comme des chiens de garde, ont tôt fait de vous dénoncer au Mouchard, l’ordinateur biologique de la police, où sont stockés les cerveaux de leurs clones.

Tout va bien dans le meilleur des mondes ?…

Evidemment non, car il arrive que certains chiens de garde mordent leur maître : l’un des télépathes, Richardson, va se révolter et finalement découvrir qu’il est l’instrument d’une lutte pour le pouvoir au sommet de l’Etat.

Il reste cependant un espace de liberté dans la Fédération. Mais c’est un enfer climatisé avec des sautes de climatiseurs. L’hiver en été, une saison en toute saison. New York à pierre fendre, New York à pierre fondre, selon les heures.

- Le temps est détraqué… dit le New-yorkais moyen.

« L’Amérique doit rester neutre sinon, comme Carthage, elle sera détruite » annoncent les bombes sonores qui s’abattent journellement sur les chantiers de la ville.

Philip Burguest, spécialiste en béton, ne sait pas vraiment qui est cet ennemi, tombant du ciel, qui menace ses projets de bâtisseur. Et que veut cet étranger, ce Richardson, ce télépathe renégat, qui a traversé la frontière incendiaire et se dit porteur du vieux rêve américain….

Du même Auteur :

Aux Editions L’Harmattan :
- Voyages (2005) – Théâtre

Aux Editions Melis :
- Papa 1 er ( 2004) – réédition recueil de nouvelles de SF
- Le Marchand de Torture -( roman noir) – réédition – 2006

Aux Editions Albiana :
- La Ronde des Fantômes ( roman) – 2003

Aux Editions Hors Commerce :
- «La voix » dans « 36 nouvelles pour l’Huma » – 2004

Aux Editions Eden :
- C’est pas tous les jours revanche ( roman) – 2004

Aux Editions FLORENT MASSOT présente :

- Quand la mer monte (nouvelles) – 2002

Aux Editions Librio :
- Le Dernier Corse dans « Corse Noire » – 2001

Aux Editions de l’AUBE :
- Polichinelles dans le terroir (nouvelles ) – 1999

Aux Editions LE TEMPS DES CERISES :
- Le Quartier d’où je viens ou 50 ans d’histoires au Petit-Nanterre – 2004
- Récits de Vie (mémoire du petit -Nanterre) – 2001 -
- Les Enfants de Freinet (récit) – 1996
- Fleur de Rage (roman préfacé par Alphonse Boudard) -1995-

Aux Editions GALLIMARD – Série Noire :
- Le jeu du petit Poucet - 1994

Aux Editions PRESSES-POCKET :
- Les Milles (d’après le film de Sébastien Grall et J.C.Grumberg)- 1995 -

Aux Editions ATALANTE :
- Richard Coeur de Lièvre - 1993-
- Corsica Blues (1996)

Aux Editions DENOEL :
- Papa 1er (Grand prix de la Science.Fiction.Française 1983, catégorie Nouvelles)
- Le Marchand de Torture - 1989 – épuisé
- Tenue de Galère - 1991 – épuisé

Aux Editions « J’Ai LU » :
- Je suis une Herbe - 1982- SF – épuisé

Aux Editions FLORENT MASSOT :
- La Brigade des Télépathes (Les Goulags Mous 1) -1998

Aux Editions FLEUVE NOIR :
- Les Goulags Mous - 1984 – SF – épuisé
- Carthage en Amérique - 1984 – SF - épuisé
- Les Idées Solubles - 1987 – SF – épuisé
- Les Vitrines du Ciel - 1987 – SF – épuisé
- Il faut partir, Quilichini - 1984 – roman noir – épuisé

Aux Editions SYROS :
- L’Ami Crados - 1991 -(Souris Noire-polar) – épuisé
- Jules et ses Cabanes -1993-(Souris Noire-polar)- épuisé
- Longue Durée- 1995 – (Mosaïques)- litt-générale – épuisé

Aux Editions de la VOUTE – Métro-culture :
- Quand la mer reviendra (nouvelle) dans « Contes d’Ailleurs »- 1998
- Tueur de Patrons (métro-polar) – 1997

Aux Editions Kaléidoscope (Danemark) :
- Le tueur de patrons – 1998

Aux Editions COMP’ACT :
- Le Fantôme du barrage dans Haute Tension - roman noir -1997

Nouvelles :dans les revues: « Fiction », « Orbites », « Nouvelles Nuits » etc…

Théâtre :

- « BORIS », une pièce en 4 actes inspirée librement d’ « En Avant la Zizique » de Boris Vian. Jouée au Théâtre de Boulogne-Billancourt (T.B.B.) et au Théâtre Jean Vilar de Louvain-la-Neuve (Belgique) dans une mise en scène de Yves Pignot .Saison 90-91.

- « VOYAGES », une pièce en 4 tableaux ( lectures publiques: Théâtre Essaïon à Paris, avril 91, et au théâtre des Sources en Avignon, juillet 91).

- «L’ETOFFE DES FEMMES », une Pièce de commande en 12 tableaux en cours d’écriture pour le Théâtre du Coin ( EVRY -91 – Direction/Mise en Scène Jean Louis Mercuzot)

A paraître :

- Les Goulags Mous (Version intégrale remaniée) – Editions Melis – 2008